La vie au jardin

Samedi 5 mai 2018, journée plantation.

Les plants semés et repiqués, seront mis en pleine terre. Plus rien ne nous arrête.
Venez nombreux

 

Samedi 21 Avril 2018

Mr FOURNIER, Tomatophyle hors la loi, comme il aime s’appeler, est venu présenter ses tomates et enrichir de ses connaissances les visiteurs nombreux, venus le rencontrer.

Son expérience et son savoir ont permis à bon nombre de jardiniers amateurs et d’autres plus aguerris de découvrir les 900 variétés de sa collection dont il est détenteur.
Dans la serre pleine à craquer, poivrons, piments, tomates, aubergines, et patissons ont déjà pris leurs places dans les godets.
L’atelier de repiquage de ces semis est confié à l’œil attentif et aux mains expertes d’Odile qui sera aidée de 2 autres jardiniers. On constate cette année que le geste est plus facile et plus précis, ce sont de véritables professionnels qui travaillent dans la serre.
Sur les buttes de permacultures, quelques pieds de tomates sont venus s’installer pendant que le semis de radis évolue lentement mais sûrement. Les oignons de Simiane eux se développent de manière impressionnante.
Sur le premier carré de culture, le semis de carottes qui avait été semé il y a une quinzaine de jours, montre le bout de son nez, et laisse apparaître un tendre duvet vert.
Les sillons sont préparés et ouverts. Corinne, Marco, Nadia qui s’y attèle, ont le geste parfait.
Ces sillons accueillerons d’ici peu pour les plants d’aubergine longues de Naples, les aubergines Casper, et d’autres variétés encore.
A côté, quelques pieds de tomates côtelés (25 plants) prennent leur place. Pour ne pas rencontrer les mêmes problèmes que l’année dernière, ce sont par des piquets en bois de châtaignier qu’ils sont tuteurés. L’investissement était obligatoire.
Les concombres sont aussi de la partie. Semés par les jardiniers en mars dernier, ils sont heureux de trouver un sol riche et chaud. Concombre arménien pour faire plaisir à Artur, Concombre le Généreux, et Empereur Alexandre ont eu cette année notre préférence.
Les tomates noires de Crimée, elles, se sont installées juste un petit peu plus bas à côté des pommes de terre, qui déjà, sous le soleil d’avril chaud et généreux depuis peu, pointent le bout de leurs nez. Dans la parcelle d’à côté les oignons paille se développent lentement mais sûrement, ils accueillent très volontiers en voisins les 50 pieds de tomates rouges Moscovitch qui avaient été semée par Jacqueline en février, repiqués au mois de mars, et qui gagnent aujourd’hui la pleine terre. Deux rangées, soit environ 60 pieds de courgettes, vertes longues, rondes de Nice, longues jaunes et top kappi que l’on a décidé de tester s’ancrent dans le sol, juste à côté des tomates Ananas qui ont pris également leur marque aujourd’hui.

Les melons ne sont pas en reste et se couchent au soleil.
Les variétés melon banane, melon ananas, melon Tiger, ainsi que le melon Pike sont nos favoris.

Pour le plaisir de Christian nous avons décidé de planter pour tester un petit peu nos compétences le melon de biabaux. 10 pieds sont installés en fin de sillon.
Si nos cultures réussissent, nous allons devoir nous rendre sur le marché de Cavaillon pour pouvoir vendre la récolte. Bien évidemment pour ce paragraphe là il s’agit d’une plaisanterie car nous ne vendons rien, les récoltes sont partagées en commun.
Pour parfaire le dessin du jardin nous venons installer une rangée d’Amarante retombantes roses. Elles viendront orner, pendant la pleine saison, notre jardin potager et attireront par ces hampes florales des abeilles et les insectes qui viendront à leurs tours polleniser les aubergines greffées qui sont leur voisine.
Tiens une autre rangée de concombres Empereur Alexandre qui est installée sur un treillis métallique afin qu’il puisse porter ses fruits généreux. Voilà une autre méthode de cultures qui permettra de voir laquelle de ces deux est la plus adaptée à notre jardin.
Les labours sont aujourd’hui terminés. Il faudra surement peaufiner pour certaines plantations et peut être ressortir le motoculteur. Mais pour être plus doux, et mieux servir nos cultures, il nous faudra préférer la bêche, la binette et la houe pour travailler le sol.

Les haricots sont enfin sortis de terre et finalement ce n’était pas un échec. Il fallait simplement attendre que le soleil chaud vienne leur rendre visite.
L’ail se porte à merveille, les petits pois fleurissent et produisent des gousses de manière surprenante, alors que les fèves, elles subissent une attaque de pucerons. Mais les guerrières coccinelles vont en faire leurs festins et vont éliminer ces derniers en peu de temps.
Notre fonctionnement éco dynamique et au top.

Cyril et Théo silencieux, nous confectionnent le mobilier de jardin avec des palettes récupéré en déchèterie. Des bricoleurs de très haut niveau, ou qualité et efficacité s’entrelace.
Marie, Martine et bien d’autres ont préparé le repas, 12 h30 déjà l’heure de manger, Marie dresse la table installée à l’ombre de nos platanes, et appelle les jardiniers pour déjeuner.
Quiche, tarte, salade, taboulé, merguez en version nems enroulé dans une feuille de salade et parfumé de menthe la recette de notre plombier et bricoleur Luc.

Le repas fut copieux la sieste, voir le pannequet s’impose parfois, Ah, ces jas du nord qui ne nous comprennent pas…. le soleil ça fatigue…

Mais le repos nous redonne des forces et dans l’après midi nous terminons par des semis de tournesol de Rio, des Rudbeckia, des Alysse corbeille d’argent, et nous n’oublions surtout pas le Baslic de Naples, le Basilic cannelle, le Basilic Anis ainsi que le Basilic Martine, basilic qui a été apporté de l’Uganda.

Finalement on ne s’ennuie pas aux Jardins de Julien !

Et si veniez nous voir et vous joindre à nous !!!

 

Dimanche 4 Février 2018.

3 Ateliers étaient au programme :

  • Atelier cuisine

Préparation de la soupe Bio avec les légumes du Jardin

  • Atelier rangement nettoyage

Préparation du materiel de semis et de repiquage pour la saison 2018

  • Atelier Jardin

Nous avons apporté des fumures de fond, puis procédé au labours.

Un repiquage de plants de salades a été également effectué ainsi qu’un semis d’oignon blanc précoce, sous chassis.

DSC02604